LES 8 BIENFAITS DE LA MASTURBATION SUR LA SANTÉ

Le plaisir solitaire a une mauvaise réputation. Mais se faire du bien est réellement bon pour vous ! Sommeil, plaisir décuplé, confiance en soi et détente, voici 8 bienfaits de la masturbation sur votre santé. De quoi se lancer sans culpabiliser !


 

Avant, de nombreuses femmes disaient que si l’on se masturbait, on serait maudite pour toujours. Pendant des siècles, les adolescents ont été avertis : le péché du plaisir solitaire peut conduire à l’aveuglement, à l’impuissance, à l’acné, et même à la pousse de poils sur les mains ! Aujourd’hui,la masturbation féminine peut parfois encore être un sujet tabou.

 

Or, vous faire du bien est réellement bon pour vous. La sexologue clinicienne Dr Tanginika Cuascud vous livre, en huit leçons, les bienfaits de la masturbation sur la santé.

 

  • Vous vous aimerez davantage.

Connaître votre propre corps peut vous libérer incroyablement, harmoniser corps et esprit, pour vous épanouir dans vos relations.

Le Dr Cuascud suggère, dans un premier temps, de prendre un miroir, de vous observer et de regarder vos propres organes génitaux. Si vous êtes timide, commencez sur le reste de votre corps jusqu’à ce que vous vous sentiez plus à l’aise.

 

  • Vous pourrez avoir de meilleurs rapports sexuels

Certaines personnes pensent que les femmes qui utilisent des vibromasseurs et autres objets intimes ont plus de mal à avoir un orgasme avec quelqu’un. Mais les experts disent pourtant que la masturbation est une des meilleures façons de comprendre ce que vous aimez au lit. Par la suite, vous saurez mieux comment orienter votre partenaire.

 

  • Vous renforcerez votre confiance et l’image que vous renvoyez.

Comme dit le proverbe : la masturbation est un rapport sexuel avec une personne que vous aimez, non ? Eclatez-vous avec des sextoys, des vidéos, ou faites-le à l’ancienne, pour accroître votre estime de vous-même. Que vous le croyiez ou non, vous donner du plaisir est une façon facile d’améliorer votre perspective de vie.

 

  • C’est bon pour votre vagin.

Si de nombreuses femmes connaissent déjà les avantages des Kegels (des exercices qui aident à raffermir les muscles pelviens), certaines ne savent pas qu’elles peuvent obtenir des bienfaits similaires avec la masturbation. Les orgasmes vous aident à muscler votre « plancher pelvien ». De quoi s’éviter l’incontinence et promouvoir votre santé sexuelle. Contracter vos muscles peut aussi vous aider à soulager les crampes de vos règles.

 

  • Vous arriverez mieux à dormir.

Vous avez sans doute déjà ressenti ça après un rapport sexuel, lorsque tout ce que vous voulez, c’est de vous mettre sous la couette et de fermer les yeux ? Dr Cuascud confère à l’orgasme une libération massive d’endorphines, ce qui favorise le sommeil profond (et dormir suffisamment est vraiment capital quand on a une vingtaine d’années). Vous pouvez obtenir cette facilité d’endormissement avec la masturbation. Alors vous serez dans les bras de Morphée en un rien de temps.

 

 

8 CHOSES QUE LES MECS RÊVENT DE FAIRE AVEC NOS SEINS

Les seins, c’est un fantasme pour nos hommes. Voici donc les 8 choses que les mecs rêvent secrètement de faire avec nos seins. On dit ca, on ne dit rien !


1/ Ils aiment les malaxer vigoureusement !
Et même si ce n’est pas super génial pour nous, et que ca ne procure pas non plus de sensation transcendante à votre mec, c’est pour lui presque un besoin animal…

 

2/ Les observer.
Longtemps.
Très très longtemps.
Tellement longtemps que même si vous êtes en couple depuis toujours, le regard de Jules arriverait à nous mettre mal à l’aise.

Ils sont fascinés.
Que voulez-vous…

 

3/ Les prendre entre les 2 mains et les agiter dans tous les sens.
Ca les éclate !

 

4/ Les utiliser comme oreillers.
Evidemment, notre homme pourrait reposer sa tête lourde et fatiguée n’importe où ailleurs, mais il trouve ca tellement plus agréable et doux pour s’endormir…

 

5/ Ils aiment coller leurs oreilles dessus et écouter l’océan.
Comme avec un coquillage.

 

6/ Ils aiment les utiliser comme panier de basket pour se détendre et jeter des M&M’s dans notre décolleté.

 

7/ Les caresser, les toucher, les explorer comme si c’était 2 montagnes majestueuses sorties comme ça, de nul part.

 

8/ Les tenir.
Partout, tout le temps. Si c’était acceptable par la société, les mecs tiendraient fermement les seins de leur copine même dans la rue, en se promenant en public !

 

6 LIEUX À ÉVITER POUR FAIRE L’AMOUR !

Avoir des relations sexuelles dans une voiture, dans une piscine ou sur un balcon peut s’avérer parfois très dangereux, autant pour notre hygiène intime que pour notre vie. Voici les 6 endroits à éviter pour faire l’amour.


  •  Dans une voiture en mouvement

Avoir des relations sexuelles alors que la voiture roule peut être très dangereux.
Une analyse américaine sur les accidents de la route montre qu’un tiers des personnes qui ont admis avoir des pulsions sexuelles au volant appuient sur l’accélérateur.
Un autre tiers braque le volant vers des ruelles discrètes, et 11% lâchent complètement le volant.

Clairement, le sexe au volant est à consommer avec précaution.
Si une envie subite se fait ressentir, il est conseillé de se garer tranquillement sur la chaussée.

 

  • Dans une piscine

Cela semble sexy dans les films mais qu’en est-il en vrai ?
Avec le chlore, le pH de votre vagin risque de s’enflammer.

En effet, cela conduit à la prolifération de nombreux microbes et engendre souvent des infections.
Pas top !

 

  • Dans l’océan

Vous aimeriez jouer les sirènes et faire l’amour dans l’océan ?

Un couple d’italiens a tenté l’expérience…
… à cause d’un « effet ventouse », les deux tourtereaux sont restés coincés.

La femme a dû attendre que son utérus soit dilaté pour être séparée de son compagnon.
Alors toujours tentée ?

 

  • Sur un balcon

Quand on n’a pas le vertige, faire l’amour sur un balcon peut être très tentant.
Avant d’essayer, sachez que de nombreuses personnes ont eu des accidents en faisant cette expérience.

 

  • Sur le sable

Les films romantiques veulent nous convaincre que faire l’amour dans le sable est très érotique.
La réalité est toute autre.

On peut se retrouver avec des douleurs intimes, des coupures et des infections.
Mieux vaut donc y réfléchir à deux fois ou prévoir une grande serviette de plage.

 

  • Dans les toilettes publiques

Il suffit de penser au nombre de microbes qui prolifèrent dans les toilettes publiques pour oublier l’idée en une fraction de seconde.

 

 

>>> Heureusement, Cosmo a répertorié pour vous 10 endroits où faire l’amour ailleurs que dans votre lit !

 

30 RAISONS D’ATTENDRE LE DEUXIÈME SOIR AVANT DE COUCHER

Bien sûr, grande est la tentation de se rouler dans les draps dès le premier rendez-vous. Mais, en même temps, personne n’est jamais mort d’attendre un peu, surtout que…

  • Ce soir, il y a « la Nouvelle Star ».
  • Comme ça, je serai sûre qu’il ne porte pas ses chemises deux jours de suite.
  • J’ai à la fois trop bu et pas assez.

  • Ce soir, je vois quelqu’un d’autre après.
  • Mon esthéticienne m’a brûlé une jambe, j’ai fui avant la deuxième.
  • Ça n’est jamais que dans trois heures.
  • Je ne l’ai pas encore vu de jour.
  • Le premier soir est toujours raté. Autant passer directement au deuxième.
  • Il a commandé un lapin à l’ail.
  • Demain, je lui trouverai peut-être du charme.

  • Six ans à me refaire une réputation, ce serait trop bête de céder maintenant.
  • Rapports sexuels et rapidité, c’est mieux de ne pas associer.
  • Celui de la veille est encore à la maison.
  • Le distributeur de préservatifs ne rend pas la monnaie sur 100 euros.
  • J’ai vraiment la migraine.
  • Quand Damart est là, libido s’en va.
  • Juste le temps de décrypter cette histoire de « non je ne suis pas seul mais c’est tout comme ».
  • Maman ne veut pas.
  • Le cassoulet passe mal.
  • Pourquoi il veut mon code de Carte bleue ?
  • Il part en Ouzbékistan demain.

  • Il signe ma promotion demain.
  • Le premier soir, il n’a pas pu.
  • Il habite au septième sans ascenseur.
  • Mon pitbull dort sur mon lit.
  • La douche est bouchée.
  • Il connaît peut-être d’autres restaus que Pizza Pino.
  • Il a une feuille de salade entre les dents.
  • Avec son meilleur copain, j’ai attendu une semaine.
  • Je n’aime pas les garçons faciles. l

par

    • Sophie Hénaff

 

11 CHOSES QUE VOUS NE SAVIEZ PAS SUR VOS SEINS

Beaucoup de non-dits et de préjugés demeurent autour des seins, des fantasmes aux erreurs d’appréciation en passant par les soins beauté qu’ils nécessitent. Voici 11 choses que vous avez toujours voulu savoir à propos de votre poitrine.


  • Les femmes regardent énormément vos seins.

 

Une étude de la University Herald utilisant un eye-tracking (ou oculométrie, qui mesure le mouvement des yeux) a démontré que les hommes regardaient fixement les seins des femmes, non leur visage (ce n’est pas une grande exclusivité), mais que les femmes en faisaient tout autant !

 

Cependant, la démarche de celles-ci serait plus pour se comparer.

 

 

  • Très sérieusement les filles, vous portez très probablement la mauvaise taille de soutien-gorge.

 

Vous avez certainement entendu ça des millions et des millions de fois, mais il faut savoir qu’environ 8 femmes sur 10 portent la mauvaise taille de soutien-gorge. Il y a donc de fortes chances pour que vos sous-vêtements ne soient pas taillés en votre faveur.

 

Il vous suffit de repenser au nombre de fois où vous avez eu l’impression de ne pas connaître votre taille de soutien-gorge en magasin…

 

  • Vos mamelons peuvent avoir des orgasmes.

 

Beaucoup de femmes pensent que ce n’est pas sérieux alors que c’est pourtant un des grandsfantasmes des hommes. Quand vos tétons sont stimulés, votre cerveau libère de l’ocytocine, provoquant une contraction du vagin.

 

Une réaction qui peut de toute évidence vous amener à l’orgasme car c’est ce que fait le vagin quand les choses deviennent géniales, juste avant d’arriver au septième ciel. On parle alors d’orgasme mammaire.

 

 

  • Il existe quatre types de mamelons différents.

 

Cela peut sembler étrange et pourtant : c’est la réalité. Les vôtres sont-ils plats, bouffis, ‘‘normaux’’ ou inversés ?

  • Vos seins sont la partie de votre corps qui a la peau la plus sèche.

La peau de vos seins se tend à la puberté, de sorte qu’elle devient la zone la plus fine de votre corps. De quoi rendre cette partie plus sensible et donc plus sèche que les autres. Oui, même les mamelons ont besoin d’une crème hydratante !

2% des gens ont un mamelon supplémentaire.

Deux pourcent ! Ce qui signifierait que toutes ces plaisanteries sur le troisième sein (de type Mikeline alias Elie Sémoun) ont eu une résonance un peu trop grande auprès d’une certaine petite de la population.

La taille de vos seins fluctue sans cesse.

Vous pouvez changer jusqu’à une taille de bonnet entière à certains moments de votre cycle ou pendant l’excitation. Ce peut être une bonne comme une mauvaise chose, selon si vous aimez porter des chemises boutonnées ou non

  • Plus de 4 millions de nouveaux soutiens-gorge sont produits chaque jour !  
  • Les mecs qui préfèrent les grosses poitrines AURAIENT des finances moins sûres.

Les Règles d’Or d’un Coup d’un Soir Réussi

On n’a pas toujours besoin d’être amoureuse pour passer la nuit avec un homme. En revanche, pour être bien avec l’homme d’une nuit, il faut suivre un certain nombre de règles. Choisir son partenaire, ne jamais oublier le préservatif et communiquer, découvrez toutes les règles d’or à respecter à tout prix pour qu’un coup d’un soir se passe sans encombres !

 

  • Bien choisir son partenaire

On se renseigne un minimum pour être sûre qu’on n’a pas une copine raide dingue de lui, ou des amis communs trop proches. Comme ça, pas de complications.

 

  • Mettre les choses au clair AVANT

Le « c’était sympa, mais on en reste là » post-coïtal, c’est blessant. Prévenir qu’on est là pour s’amuser avant de se déshabiller, ça met tout le monde à l’aise.

 

  • Se protéger

On a toujours des préservatifs dans son sac. Pas périmés.

  • S’écouter

On a le droit de changer d’avis au dernier moment. On a aussi le droit d’imposer ses limites. Ce n’est pas parce qu’on couche pour un soir qu’on est prête à tout expérimenter. Non, pas par là…

 

  • Respecter l’autre après

S’il est tard, on le laisse dormir ici. Et le lendemain, on propose même un café. Pas les croissants : ça, ce sera pour un amoureux.

 

  • Éviter les plans sur la comète

Les choses étaient claires, donc on ne s’emballe pas. Mais on ne se bloque pas non plus. Laisser une porte ouverte peut mener vers de belles surprises.

Les commandements de la femme infidèle

1. Ta vie tu verrouilleras
Quand on trompe son mec, on se doit d’être au taquet, à la limite de la paranoïa. Même lorsqu’on est une célibattante qui assume plusieurs histoires en même temps, la règle numéro 1, par élégance d’abord, par vivacité ensuite, c’est de ne pas se faire griller. Donc on sort le grand jeu de l’agent secret de l’amour : code pour verrouiller son ordi en veille, code pour verrouiller son iPhone, Facebook constamment déconnecté dès qu’on est absente et non, on ne veut pas que Firefox retienne ce mot de passe… Ainsi,  on ne lésine pas sur un parcours virtuel labyrinthique pour perdre celui qui tente de suivre nos traces luxuriantes. Les plus traîtres ne craindront pas la référence aux débuts d’MSN en 1999 et oseront avoir une seconde adresse mail, spécialement conçue pour les mails de type “Je repense fort à hier soir moi aussi bébé.”

L’ultime conseil : Penser aussi à effacer votre historique web, et ne jamais mépriser la puissance de grillage d’un compte Skype mal géré.

2. Les noms tu changeras
Ce n’est pas parce qu’on voit en scred Bastien de 18 à 20h qu’on doit le répertorier à “Bastien” et ainsi piquer un fard dès qu’il appelle après l’heure des caresses. L’idée brillante, c’est de changer tout simplement les noms : Bastien devient Justine, et on peut sans problème s’isoler pour prendre l’appel parce que Justine, notre nouvelle collègue, est une folle semi-dépressive qui nous raconte sa vie après le boulot. Idem pour les documents et photos dans notre ordinateur: plutôt que de tout ranger dans le sous-dossier ‘Bastien’, dans le dossier “Mecs”, on appelle ça “mutuelles” et on n’en parle plus. Parce qu’on en connaît des infidèles en herbe qui se sont fait griller à nommer un document “chat avec Bastien”…

L’ultime conseil : Ne pas pousser les appellations contrôlées trop loin. Rappelez-vous que répertorier Bastien à “maman”  ça le fait pas, et qu’un dossier “banque”, ça marche toujours.

3. L’amant tu oublieras
Un premier verre au Floréal, une promenade au parc de Belleville, des pérégrinations vers son appartement, le bar-tabac d’en bas de chez lui… Il y a un moment où il faut dire non au sentimentalisme géographique. On mesure notre capacité à être une femme infidèle au temps qu’on met à tourner la page de nos amours interdites. Pas question de garder des tickets de ciné, et de se lever au milieu de la nuit pour consigner sur un carnet ses textos chauds. Les SMSdoivent être rapidement effacés, tout comme les scrupules. Autrement, vous n’êtes pas une infidèles mais bien le pire des cœurs d’artichauts.

L’ultime conseil : On évite les itinéraires souvenirs souvenirs avec notre moitié officielle. Autrement, c’est la gêne.

 

Sexe, ce que veulent les femmes

Un sondage Ipsos exclusif pour Psychologies magazine explore les pratiques et désirs sexuels des femmes.

La première chose qui a fait visiblement plaisir à Psychologies magazine, commanditaire d’un sondage* Ipsos réalisé pour son numéro de mai, c’est que la parole des femmes sur le sexe est désormais libérée. «Nous souhaitions sortir des stéréotypes sur la sexualité et demander aux femmes quels étaient leurs désirs, leurs comportements, “en vrai”», explique au Figaro Isabelle Maury, rédactrice en chef du titre qui paraît ce mardi. «On avait envie de savoir si elles se sentaient “libres” dans la société actuelle d’exprimer ce qu’elles ressentent, ajoute-t-elle. Et c’est pourquoi nous les avons interrogées, elles. On ne voulait pas comparer avec les hommes, mais juste entendre leurs voix et mesurer quelles étaient les dernières évolutions, en particulier à travers les différentes générations de femmes.»

• Les jeunes évoquent leurs fantasmes facilement

Les femmes ont l’impression qu’elles osent davantage exprimer leurs désirs sexuels et c’est une évolution qu’elles jugent majoritairement positive. Les deux tiers des femmes de moins de 60 ans trouvent facile de parler avec leur partenaire de leurs positions ou pratiques sexuelles préférées ou même de leur jouissance. Lorsqu’il s’agit d’évoquer ses fantasmes, les choses sont toutefois nettement plus facile pour les moins de 35 ans.

• Pas simple de s’autoriser à fantasmer

Ce n’est pas la seule chose qui est plus facile d’ailleurs pour les jeunes femmes. Demander franchement ce dont elles ont envie au lit? Les 18-24 ans sont 17 % à le faire très souvent et 37 % assez souvent. Un enthousiasme créatif qui ne tient pas seulement à la découverte de la sexualité, puisque les réponses restent proches (respectivement 2 % et 36 %) pour les 25-34 ans. Prendre l’initiative de l’acte sexuel? Là aussi, les moins de 25 ans sont 69 % à le faire souvent, ce qui n’est le cas que de 42 % des plus de 60 ans. Réaliser un de ses fantasmes? Fréquent pour un tiers des femmes de moins de 35 ans, mais vrai seulement pour une femme sur cinq après soixante ans. Dans Psychologies, les psychanalystes Alain Herril et Sophie Cadalen mettent toutefois en avant une difficulté des femmes à s’autoriser le fantasme, comme s’il s’agissait d’une fonction plus masculine.

• Qui mène le jeu?

L’idée que l’hommes est plus actif est aussi mise à mal. S’il est fréquent de voir des couples hétérosexuels s’installer dans une dynamique où l’un des deux partenaires, souvent l’homme, prend de façon privilégiée la direction des opérations, l’autre se trouvant dans la position de valider ou refuser les propositions faites, ce double positionnement est peut-être davantage lié au tempérament qu’aux représentations socioculturelles. En effet, on le retrouve aussi dans les couples homosexuels, sans même parler des nombreux exemples de couples hétérosexuels dans lesquels la femme endosse le rôle de scénariste principal de l’acte sexuel.

• La sexualité orale n’est pas toujours plébiscitée

 

SIDA : COMMENT SE PROTÉGER DU VIH ?

SIDA : comment se protéger du VIH ?

Le SIDA est un des virus qui font le plus peur. Mais malgré les campagnes de prévention, les taux de contamination ne cessent pas d’augmenter ces dernières années !

Zoom sur les principaux gestes qui vous exposent à une contamination par le VIH.

  • Le SIDA : comment est-on contaminé par le VIH ?
  • Quelles activités peuvent transmettre le VIH ?

Le SIDA : comment est-on contaminé par le VIH ?

VIH (virus de l’immunodéficience humaine), ce virus est présent, chez les patients qui sont contaminés, dans tous les liquides corporels. Mais il n’est présent en quantités suffisantes pour contaminer une autre personne que dans certains liquides bien précis.

  • Le sang.
  • Le sperme.
  • Le liquide séminal (qui s’écoule pendant l’érection).
  • Les sécrétions vaginales.
  • Le lait maternel.

Toutes ces substances peuvent transmettre l’infection… Mais pas les autres. En d’autres termes, larme, salive et sueur sont sans risque : les personnes séropositives peuvent être côtoyées au quotidien sans la moindre angoisse.

Quelles activités peuvent transmettre le VIH ?

  1. Le contact avec le sang d’une personne contaminée : le plus souvent, cela se produit lors d’une utilisation commune de seringues, mais certaines contaminations dans les hôpitaux, après un accident (coupure, chute de seringue, etc.) ont été constatées.
  2. Le contact avec le sperme : toute éjaculation peut entraîner une contamination du partenaire, que ce soit lors d’une fellation ou d’une pénétration.
  3. Le contact avec le liquide séminal : lors d’une fellation, la personne en contact oral avec le pénis court un risque – moins important que lors d’une éjaculation, mais qui existe néanmoins.
  4. Le contact avec les sécrétions vaginales : il y a débat. Certains estiment le risque inexistant, d’autres simplement très faible. Il concerne quoi qu’il en soit uniquement la personne qui effectue le cunnilingus et pas celle qui le reçoit. Les règles ou la présence de lésions génitales augmentent le risque.

Chez les homos, qui fait la femme, qui fait l’homme ?


Malgré l’abondance d’informations sur la sexualité, nous sommes encore victimes d’idées reçues qui compliquent notre vie sexuelle. Chaque mois, Catherine Blanc, sexologue et psychanalyste, remet à sa place l’une de ces croyances.

« Dans un couple hétérosexuel, sommes-nous toujours sûrs que la femme fasse la femme, et d’ailleurs, que signifie “faire l’homme”, “faire la femme” ? Être pénétré, passif, est-ce de l’ordre d’une nature féminine ou d’une idée reçue sur le féminin ? Dans le fantasme, le féminin est dans l’accueil, l’abandon et la déresponsabilisation vis-à-vis du désir, tandis que le masculin est porteur du désir et de la violence… Ces fonctions peuvent pourtant être interchangeables dans le couple hétérosexuel, comme dans le couple homosexuel, au-delà de l’emboîtement physique des corps.

Mais pourquoi avons-nous tant besoin de soulever les couettes ? Cette interrogation exprime notre besoin de regarder par le trou de la serrure, de la même manière que, enfant, nous avions envie de découvrir ce qui se passait dans la chambre des parents, tout en redoutant d’être confrontés à leurs ébats supposés. Que dit de nous cette curiosité ? L’homosexualité nous confronte inconsciemment à notre difficulté d’assumer pleinement le fait d’être un homme ou une femme, donc d’avoir à renoncer à l’autre identité. Nous sommes fascinés, car nous aimerions, par moments, quitter notre spécificité pour nous fantasmer en train d’incarner l’autre sexe. Ainsi, tout ce qui sert l’idée de la confusion des genres nous attire. Nous nous plaisons à imaginer que l’homosexuel peut assumer les deux rôles.

Mais, comme cette idée nous fascine tout autant qu’elle nous inquiète, nous aimons aussi nous dire, pour nous rassurer, que la relation homosexuelle se passe comme dans le couple hétérosexuel : nous voulons rétablir à tout prix de la différence ! Au fond, cette question nous renvoie essentiellement à nos propres interrogations sur nos désirs et nos pulsions sexuels. »

 

Just another WordPress site